Dan Yeffet, l’explorateur de terres inconnues

juillet 2021 119 avenue Daumesnil

Dan Yeffet, l’explorateur de terres inconnues

Il aurait pu devenir architecte, il a choisi le design. Dan Yeffet est un inclassable, un découvreur inlassable de nouveaux territoires.

Un territoire infini

Le vocabulaire « Yeffet » est alimenté de ces évocations qui nourrissent l’imaginaire fertile du voyage extraordinaire, du voyage qui fait rêver. Dan se définit lui-même comme un explorateur, un voyageur, un chercheur qui repousse les frontières, fait fi des définitions et ne cesse d’imaginer comment les rêves peuvent se réaliser. La « zone de confort » si chère à nos contemporains n’existe pas, c’est la quête inlassable d’un « nouvel ailleurs » du design qui porte les désirs de cet homme. Pour ce faire, Dan Yeffet investigue, cherche et cherche encore comment accéder à de nouvelles formes, de nouveaux volumes. Il expérimente de nouvelles techniques, mêle le savoir-faire artisanal et les technologies. La technique n’est jamais un frein dans son process de création. Jamais entravé par une technique qu’il ne connaît pas, il cherche à la maîtriser pour servir la cause de sa création.

Ce qui meut Dan Yeffet ? La capacité de poursuivre le voyage d'une quête sans fin, d’un territoire infini auquel il ne fixe aucune limite.

L’inspiration est un travail

Dan Yeffet échappe par sa pratique à l’épineuse et très française question du classement, du rangement dans une case. Impossible en effet de catégoriser le travail de ce cosmopolite Israélien passé par la Bezalel Academy of Art and Design à Jérusalem puis à la Gerrit Rietveld Academy d’Amsterdam aux Pays-Bas avant de venir ouvrir son studio en France. Ce qui l’intéresse bien plutôt est d’investir des nouveaux territoires, se jouer des définitions, des évidences. L’inconnu comme promesse de création, la maîtrise technique comme espoir d’inédit, l’aventure intellectuelle comme devoir de perfection ; et la discipline du design selon Dan Yeffet explore tous les possibles. Sont mis à jour alors de nouveaux objets, de nouveaux espaces. Dan Yeffet se joue des clichés ; ainsi l’inspiration est un travail. Loin des clichés romantiques d’un artiste soumis au roulis d’une inspiration, d’un ressac inspiré dont on attend la survenue divine, Dan Yeffet provoque et étonne en affirmant que l’inspiration est avant tout une question d’exigence.

Une quotidienne gymnastique de l’esprit

Solliciter « a brain muscle » ; ainsi Dan Yeffet décrit son travail, sa pratique d’un design exigeant, à la recherche de la perfection. Et de pratiquer au quotidien cette gymnastique intellectuelle avec son équipe. Le design est une activité qui demande une discipline et une sollicitation de l’esprit, du cerveau tel un danseur sollicite et travaille chaque jour chaque muscle de son corps. Le design est un travail, réel ; au sens noble et beau de l’accouchement de nouvelle forme et expression entre espace et objets. À ce titre, la rigueur de la démarche s’apparente à une discipline stricte. La constante préoccupation de l’utilisateur final, du client, du regardeur, de l’amateur de formes, est le second credo de ce designer qui croit encore et toujours en l’abolissement des frontières de la création. Sans entrave ni préjugés il parcourt les rives d’un monde ouvert à l’infini.

Le travail Dan Yeffet est présent dans le monde entier On peut ainsi découvrir le fruit des explorations de cet aventurier du design au New Design Museum à Chicago, au Museum of Art’s «Visual Delight» à Philadelphia, au Maritime Museum à New London-US, au Modam Museum au Luxembourg, au Fonds national d’art contemporain (FNAC) de Paris, au V&A à Londres ainsi qu’au Design Museum de Holon en Israël. Il sera présent à la PDW du 13 au 21 septembre pour faire découvrir B/Light, un objet lumineux, une audace luminaire.

https://www.danyeffet.com

© Nicolas Scordia


Toutes les actualités / Actualité plus récente / Actualité plus ancienne