Nous suivre
Dernières actualités Histoire d’une plume qui prend son envol Septembre 2022 1-129 avenue Daumesnil Salon Révélations 2022 Du 9 au 12 juin 2022 Grand Palais Éphémère, Plateau Joffre, Champ de Mars, 75007 Paris Les vies du Viaduc des Arts, quand Paris se réinvente Mars 2022 1-129 avenue Daumesnil Nolwenn de Kergommeaux, une femme maître-verrier, au Viaduc des arts février 2022 5 avenue Daumesnil Inédit : Le Viaduc des arts propose à la location un local de 930 m² Janvier 2022 23 avenue Daumesnil Quand le passé réintègre le présent et rassure sur l’avenir Janvier 2022 1-129 avenue Daumesnil Atelier du temps passé : la restauration-conservation du patrimoine artistique est une aventure contemporaine Décembre 2021 3 avenue Daumesnil Serge Amoruso, l’homme qui fait parler la peau Octobre 2021 37 avenue Daumesnil Paris Design Week 2021 ; Exposition "Before and After : the history of a handcrafted object" Septembre 2021 23 avenue Daumesnil Paris Design Week 2021 ; Paris est une fête Août 2021 1-129 avenue Daumesnil

Exposition "Infinitudes du blanc" de Joao Moniz

Du 21 novembre au 15 décembre

Exposition "Infinitudes du blanc" de Joao Moniz

Il y a dans le travail du peintre, comme dans tout travail poétique-au sens de la techné poietiké des Grecs-un corps à corps avec la matière devenant forme encore à venir, incertaine et labile, se cherchant et cherchant l’autre qui la rend possible, impossible, toujours au-delà de ce qu’elle donne à voir, dans une cécité lumineuse.

C’est là que la transcendance est à l’œuvre, irradiant soudaine de la rencontre de la couleur et de son absence, en un combat permanent dont la main se fait trace, tâtonnante, entre la pulpe des doigts et l’évanescence du regard, poussant de l’intérieur de la toile.

Cette expérience tenace, poursuivie avec la patience d’une quête ascétique, est bien celle de Joao Moniz, tout au long de son apprentissage d’un métier humble mais vigilant, résistant aux tentations faciles du déjà trouvé et aux distractions des hasards et des méprises, avec la lucidité d’un désenchantement où la sécheresse est la condition même d’une fécondité rigoureuse.

Hanté par le vide dans sa voie infinie vers l’extase, Joao Moniz débouche, fasciné, devant le blanc, ébloui par son rayonnement éclatant à la surface du tableau, du dedans de la matière. Et il l’accueille et s’y adonne dans sa réverbération aveugle et douce, dans une rencontre heureuse qui est comme celle de l’union mystique. De cette rencontre il lui reste une nostalgie amoureuse, saignant discrètement dans les cicatrices de la couleur, comme des caresses brèves effleurant la peau frémissante.

Espace Luso Lusofolie’s
57 avenue Daumesnil 75012 Paris
09 84 39 61 21



Toutes les actualités / Actualité plus récente / Actualité plus ancienne